Mat Fenric is a user on oc.todon.fr. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.

Mat Fenric @MatFenric@oc.todon.fr

Elle était heureuse. Son opération s'était bien passé et le médecin lui avait qu'elle récupérerait rapidement.
Oui elle était heureuse. Elle s'était enfin débarrassé de cet appendice gênant qui pendouillait inutilement entre ses cuisses depuis sa naissance et lui rappelait sans cesse qui il avait été.
Maintenant elle pourrait profiter pleinement de la vie, tomber amoureuse et toutes ces autres choses qu'elle s'était refusé à s'autoriser jusque là.
Elle était heureuse et complète


- Des esclaves ! L'île a l'habitude des marchés illégaux, mais là...
- Illégal pour certains royaumes ou races.
- La majorité !
- Voyez les comme de la marchandise qui paie ses dettes pour leurs crimes ou délits.
- Il se dit que certains sont enlevés de force.
- Billevesée.
- J'en ai vu certains bâillonnés, comme si on voulait les empêcher de dire la vérité.
- Sûrement des perturbateurs sanctionnés. Peut être même des lanceurs de sort !
- Vous n'avez pas vu leur regard apeuré.

Est ce que vous seriez ou connaissez des personnes qui pourraient être intéressées par la location d'un studio vidéo du genre plateau de tournage de 30m2 doté d'un équipement semi pro (caméras, lumières, micros, fond vert, etc) ?
[Merci de faire circuler la question]

5/5
Khernet avait pour but d'épouser la fille laide d'un noble aisé et bien placé dans les arcanes du pouvoir.
Devenu son gendre il aurait pu répandre la culture dans un pays plus porté sur les arts de la guerre.
Il avait bu pour cela une partie de la potion et devait faire boire l'autre. Puis se passa ce qui c'était passé.
Khorla et Khernet trouvèrent une chaumière reculée et y firent leur vie. Les années passèrent, le filtre ne fit plus effet, mais les sentiments restèrent...

4/5
Les frères finirent par annoncer à leur sœur qu'à leurs yeux elle était morte. Khorla, bouillante de rage et de tristesse, vit alors s'éloigner pour la dernière fois des membres de son espèce.
Elle se tourna vers l'humain pour l'aider à se relever. Leurs regards se croisèrent et elle vit dans les yeux de l'autre que ses sentiments étaient partagés.
Elle apprendra un jour qu'un filtre d'amour destiné à une autre fut la cause de leurs sentiments.

3/5
Le gout correspondait à l'odeur. Agréable et doux. Le liquide diffusait une chaleur apaisante dans tout le corps.
Khorla rouvrit les yeux. Son regard se posa sur l'humain agenouillé se frottant la tête. Son cœur se remplit alors d'un sentiment nouveau. Elle était amoureuse de cette créature rosâtre.
Ses frères furent surpris quand elle pris la défense de l'humain au moment de le tuer.
S'en suivirent de longs échanges, qui vira à la dispute.

2/5
Bien qu'effrayé celui ci s'aggrippa avec force à sa besace, mais il n'était pas de poids face à une femme orc qui faisait une tête de moins que ses frères mais une de plus que lui, et une carrure deux fois plus large.
L'orc ouvrit la besace et désappointée n'en retira qu'une simple fiole de verre contenant un liquide brun. Elle ouvrit la fiole, sous les protestations de son ancien propriétaire stoppées d'un coup sec, et en sentit le contenu.
L'odeur était agréable...

1/5
La femme orc et ses deux frères continuaient leur expédition en territoire humain. Ils se faisaient discret, attaquant des voyageurs solitaires tels des brigands ou brûlant des fermes qu'ils venaient de piller pour effacer leurs traces.
Tapis dans les fourrés en bordure d'une forêt ils voyaient venir à eux d'un pas décidé un homme tenant précautionneusement sa besace qui devait alors contenir un butin précieux.
Ils surgirent de leur cache et entourèrent l'homme...

Bonjour le Monde,

Je cherche des gens sur Mastodon qui parlent de jeux de rôle, créativité et/ou positivité.
Si vous faites ça ou connaissez des gens qui le font, ce serait gentil de m'indiquer où, que je puisse en profiter.

Merci.

Poutoux à toutes et tous.

Ah ! J'ai oublié le dans ma fiction du jour...

"Voilà toute l'histoire" conclu le vieil homme voûté d'une faible voix chevrotante.
"Je suis trop vieux pour partir à l'aventure. Qlqs pièces pour survivre le temps de votre retour ainsi que la promesse d'une part du trésor et je vous céde la carte."
Le groupe de jeunes aventuriers fit mine d'accepter ces conditions et s'éloigna.
Un marchand s'approcha du vieux.
"T'as encore vendu une de tes cartes ?"
"Tant qu'il y aura des aventuriers naïfs." répondit il d'une voix ferme en se redressant.

Visiblement un MercrediFiction basé sur un rêve ne rencontre pas de succès...

4/4
Le sort qui nous avait amené ici nous avait aussi permis de voir le moyen de revenir.
Mais là je n'avais plus cette chance, et je savais inconsciemment que les passages étaient extrêmement rares et difficilement trouvables.
Mes camarades pourraient revenir me cherche mais le temps pouvant passer différemment selon les mondes il se passerait des décennies avant leur retour.
Je ne savais si je devais attendre ici, chercher à travers le monde un autre passage ou abandonner.

3/4
J'ai ouvert la porte donnant à quelques mètres de là sur une cabane au milieu d'une cours dont la porte se fermait à son tour.
A nouveau j'ai couru, mais je suis entré dans une cabane vide, où il n'y avait rien à voir si ce n'était à travers le grillage servant de fenêtre le propriétaire armé de sa faux venu expliquer qu'il n'aimait pas les intrus chez lui.
Je suis sorti l'air hébété, demandant s'il avait vu deux autres personnes, et me retrouva à nouveau dans la rue...

2/4
Nous vîmes alors une créature ressemblant à un arbre à l'écorce nacrée passer la porte d'un immeuble. Nous savions qu'il fallait impérativement la suivre pour retourner dans l'autre monde.
Nous nous sommes précipité, mais pour je ne sais quelle raison j'ai été ralenti. Dans leur élan mes camarades ne sont pas rendus compte de mon retrait.
Je suis arrivé à la porte de l'immeuble quand celle-ci se refermait. J'ai su alors que c'était trop tard pour moi, mais j'ai insisté...

1/4
Mes camarades et moi étions dans un monde fantastique peuplé d'êtres à l'apparence rappelant celles des créatures des contes chinois.
L'une d'entre elle, une sorte de génie sorti de sa bouteille, nous proposa de nous faire découvrir une autre réalité.
Nous nous retrouvâmes en un instant dans la rue d'une ville européenne parcouru de voitures. Notre réalité d'origine ! Les 2 mondes étaient si proches l'un de l'autre !
Mais nous n'avions pas envie de rester ici...

Il faut que je me trouve des amis sur Mastodon. Depuis que @LucilePeyre ne publie plus son récit zombiesque je n'ai plus de messages qui s'ajoute...


J'ai déjà vu ce type de paysage, dans des films, séries ou jeux vidéo. Mais c'est quand même bien plus impressionnant en vrai.
De la végétation presque partout, quelques arbrisseaux sur des facades et des animaux qui gambadent. La nature a commencé à s'installer dans la ville abandonnée par les hommes.
D'ailleurs ça fait un moment que je n'en ai pas croisé un depuis le pic de la pandémie. Peut-être des mois. Peut-être plus. J'ai arrêté de compter les jours. Je profite de la vie.


- Mais m'man, j'aime pas les p'tits pois
- Mange, tu ne sais pas qui te mangera

Lucia regrettera jusqu'à la fin de ses jours que les derniers mots à son fils furent ceux ci. Et jamais plus elle ne pourra fermer les yeux sans apercevoir les petits pois tueurs s'éjecter de l'assiette pour se précipiter sur son visage et le ronger.

Depuis ce repas funeste elle parcoure le monde pour organiser la résistance contre les légumes assassins, avec l'aide de George Clooney.


En ce début de crépuscule de fin d'été le jardin parfaitement immobile aux teintes sombres paraissait à une vieille photographie emprunte de nostalgie extraite de l'album fané d'un grand parent trop tôt disparu.
Moment fugace vite dissipé par le rire des enfants qui rejoignaient la maisonnée en courant, suivi de près par des parents leur rappelant le sourire aux lèvres de ne pas salir l'entrée.
Quant à moi j'attendrai la nuit noire pour entrer à mon tour et prélever leurs âmes.